L’importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie

Cette première conférence s’est déroulé au Palais du Luxembourg le 19 septembre 2012, sur le thème :  « L’importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie » a réuni médecins généralistes, praticiens hospitaliers, responsables d’associations et de structures de santé autour des politiques de prévention santé de demain.

Les habitudes de vie (nutrition, activité physique, sommeil et stress, notamment) ont un impact majeur sur la santé. Des études scientifiques ont montré que deux tiers des décès prématurés avant 65 ans pourraient être évités en limitant des facteurs de risque bien identifiés (sédentarité, déséquilibres alimentaires, surpoids, tabac, alcool…).

Cela vaut tant pour les personnes en bonne santé que pour les autres. Pourtant, en France, la prévention reste le « parent pauvre de notre système de santé » alors que la consultation médicale en est un formidable vecteur dont l’importance pourrait être amplifiée.

Comment faire en sorte que la prévention puisse s’inscrire dans un parcours de santé ?

Comment responsabiliser les citoyens par rapport à leur capital santé ? Comment sensibiliser davantage de médecins à une médecine préventive individualisée ? Comment permettre à la prévention d’être non seulement reconnue mais surtout mise en œuvre par les pouvoirs publics ?

Toutes ces questions sont au cœur des interventions présentées lors des deux tables rondes, dont vous pouvez retrouver la fidèle retranscription sur le site de la Fondation PiLeJe.

CouvertureInvitationColloque2012

Cliquer sur l’invitation ci-dessus pour accéder au programme complet

Les interventions :

Première table ronde : Impact des habitudes de vie (nutrition, activité physiques…) sur la santé.

  • Ouverture de la journée : Patricia Schillinger, sénatrice du Haut-Rhin
Patricia-SCHILLINGER
« Mesdames et messieurs, je vous remercie d’être si nombreux aujourd’hui pour ce colloque. Je vous souhaite à tous la bienvenue au Sénat. Naturellement, je suis très heureuse de participer à ce colloque organisé par la Fondation PiLeJe sur le thème de la prévention, et plus particulièrement sur l’importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie. Je voudrais féliciter le docteur Jean-Michel Lecerf d’avoir pris l’initiative d’organiser cette rencontre. »

>> Télécharger la suite

  • Docteur Jean-Michel Lecerf, modérateur, chef du service nutrition de l’institut Pasteur de Lille
Jean-Michel-LECERF
« Merci beaucoup pour ces questions posées et ces convictions qui mettent déjà les choses dans le bon ordre. Je vais faire une  introduction qui se déroulera en deux temps. Dans un premier temps, des réflexions générales et des questions à se poser dans le prolongement de ce que vous avez dit sur cette problématique générale de la prévention. Ensuite, un petit focus sur les questions qui se posent d’un point de vue plus médical pour introduire le reste de la journée avec une petite connotation nutritionnelle, puisque c’est un peu mon sujet. »

>>Télécharger la suite

  • Jean-Michel Oppert, médecin endocrinologue – Service nutrition du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière
Jean-Michel-OPPERT
« Laissez-moi d’abord remercier les organisateurs qui m’ont proposé de vous brosser une vue un peu générale sur les habitudes de vie en relation avec la santé, et principalement l’activité physique et l’alimentation. Comme l’a dit le docteur Lecerf, je travaille dans le service de nutrition de la Pitié, dirigé par le professeur Arnaud Basdevant. Notre spécialité médicale est le suivi de patients obèses. »

>> Télécharger la suite

  • Docteur Hélène Thibault, pédiatre, ISPED (Institut de santé publique, d’épidémiologie et de développement) – Université Bordeaux Segalen – CHU de Bordeaux
Hélène-THIBAULT
« Je remercie également les organisateurs de m’avoir invitée pour ce  colloque et ce débat. J’ai la chance de travailler avec des enfants  depuis la prévention jusqu’à la prise en charge. En effet, je travaille  d’une part sur des programmes de prévention, notamment en santé  scolaire, et je reçois également des patients dans le cadre de mon activité clinique (notamment des enfants qui présentent un surpoids et leur famille). Je m’occupe également d’un réseau de prise en charge de l’obésité de l’enfant et suis donc en lien avec les médecins généralistes qui les suivent. »

>> Télécharger la suite

  • Yann Bourgueil, directeur de l’Institut de recherche et document en économie de la santé (IRDES)
Yann-BOURGUEIL
« Je poserai un regard économique sur l’importance de la consultation médicale autour des habitudes de vie. Lorsque j’ai été sollicité pour faire cet exposé, j’ai été assez sceptique sur l’intitulé de la question, c’est-à-dire l’idée que la consultation médicale est un moyen de développer la prévention. En effet, je ne suis pas sûr que la prévention et notamment les habitudes de vie soient actuellement beaucoup abordées par les médecins. »

>> Télécharger la suite

  • Professeur Jean-Luc Harousseau, président de la Haute Autorité de santé (HAS)
Jean-Luc-HAROUSSEAU
« Merci de m’avoir invité en tant que président de la Haute Autorité de santé. Succéder à Yann Bourgueil est un peu difficile parce qu’il a couvert un champ très large. Je vais me recentrer sur un champ plus étroit qui était, me semble-t-il, le cadre de cette conférence. Le titre est en effet « Impact des habitudes de vie sur la santé et rôle des médecins en consultation ». Je voudrais donc me focaliser sur le rôle des médecins en consultation. »

>> Télécharger la suite

  • Docteur Luc Martinez, médecin généraliste, vice-président de la Société française de médecine générale (SFMG) et maître de conférences associé au département de médecine générale à l’université Pierre-et-Marie-Curie (Paris-VI)
Luc-MARTINEZ
« Merci de donner l’occasion à la médecine générale de s’exprimer sur ce sujet d’importance. Le professeur Harousseau et Yann Bourgueil ont bien mis en évidence le rôle majeur de la médecine générale dans ce contexte de soins. Je suis médecin généraliste, toujours en activité. J’exerce à Bois-d’Arcy dans les Yvelines. Je partage mon temps entre exercice clinique, recherche clinique et évaluation économique de la santé. Ma réflexion rejoint celle de la Société française de médecine générale et aussi les conclusions des exposés précédents. »

>> Télécharger la suite

  • Docteur François Baudier, directeur de la stratégie et du pilotage, agence régionale de Santé (ARS) de Franche-Comté
François-BAUDIER
« J’ai été sollicité parce que j’ai rédigé en 2009 un rapport sur les consultations de prévention. Il y en a déjà eu beaucoup d’autres dans le passé. Ce rapport était une saisine du ministère de la Santé, plus précisément de la direction générale de la Santé, au Haut Conseil de la santé publique dont je faisais partie à l’époque. Je l’ai rédigé à la fin des années 2008 et au début de l’année 2009. »

>> Télécharger la suite

  • Évelyne Baillon-Javon, directrice du pôle prévention et promotion de la santé, agence régionale de Santé (ARS) Île-de-France
Evelyne-BAILLON-JAVON
« Il est toujours difficile d’intervenir en dernier, parce qu’il y a des tas de choses qu’on avait prévu de dire, que les autres ont déjà dites, et d’autre part, il faut faire court. Je vais donc essayer de relever ce défi. J’ai éprouvé le besoin, en introduction de mon propos, de vous resituer les concepts et les principes sur lesquels l’agence régionale d’Île-de-France (ARS) a basé la construction de son schéma de prévention. Je vais forcément avoir un discours un peu plus institutionnel que nombre d’interventions qui ont eu lieu jusqu’à maintenant. »

>> Télécharger la suite

  • Seconde table ronde : Initiatives exemplaires de prévention médicalisée autour des habitudes de vie

  • Patrick Negaret, directeur de la caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) des Yvelines
« Je dirige la caisse des Yvelines mais je suis venu aujourd’hui vous parler en tant que directeur du projet national Santé active. Je vais vous présenter cette démarche qui, d’étape en étape, est devenue aujourd’hui un projet national aux mains d’une institution dont le budget est assez contraint. Je vous décrirai ensuite les nombreux aspects de Santé active. »

>> Télécharger le suite

Patrick-NEGARET
  • Alain Olympie, directeur de l’Association François Aupetit (AFA) – vaincre la maladie de Crohn et la recto-colite hémorragique
« Mes propos vont rejoindre les interventions précédentes. Vous avez déjà entendu ce remarquable exemple d’éducation thérapeutique porté par les infirmières libérales, ces acteurs de santé très concernés par la prévention et que l’on oublie trop souvent. Je vais vous parler du rôle de ces autres professionnels que peuvent être les patients. »

>> Télécharger le suite

Alain-OLYMPIE
  • Karen Barthe, infirmière libérale, clinicienne, membre de l’Association nationale française des infirmières et infirmiers diplômés et étudiants (ANFIIDE)
« Je vais aujourd’hui vous parler de mon métier d’infirmière. Je pense qu’il est important de savoir avec qui on travaille et de connaître les champs de compétences. Cela permet de faciliter le travail de collaboration nécessaire à l’éducation. En premier lieu, nous aborderons les soins infirmiers. »

>> Télécharger le suite

Karen-BARTHE
  • Docteur Thierry Bouillet, oncologue, praticien hospitalier au CHU Avicenne, coordinateur du DU Sport et Cancer (Paris-XVIII), et cofondateur de la fédération nationale CAMI – Sport et Cancer
 » Nous allons mettre en pratique le concept Santé active. Nous allons d’abord parler d’une chose simple : la fatigue. La fatigue, c’est ce que craignent tous les malades, c’est le principal symptôme des malades. Si vous interviewez des patients traités vingt ans auparavant, leur première plainte a trait à la fatigue. C’est un symptôme qui frappe à la fois les patients traités par chimio et par radiothérapie. »

>> Télécharger le suite

Thierry-BOUILLET
  • Gérard Raymond, président de l’Association française des diabétiques (AFD)
« Ces témoignages nous montrent que l’on peut monter des projets extrêmement intéressants. Et cela vient de partout : de l’Assurance maladie, des professionnels de santé et des sportifs. Que font les associations de malades dans tout cela ? L’Association française des diabétiques est une fédération d’associations qui a uni 105 associations, à peu près une par département. »

>> Télécharger le suite

Gérard-RAYMOND
  • Jean-Michel Ricard, cofondateur du groupe associatif Siel Bleu
« Le docteur Bouillet a parlé des nombreux liens et ponts existant entre le corps médical, les activités non médicamenteuses, les thérapeutiques traditionnelles. C’est fondamental non seulement au niveau du cancer, mais dans beaucoup d’autres problèmes de santé. Je suis l’un des deux cofondateurs de l’association Siel Bleu. »

>> Télécharger le suite

Jean-Michel-RICARD